vous souhaitez
être contacté
HORAIRE D'APPEL

BITCOIN

Doit-on lui réserver une place dans votre patrimoine financier ?



Le PDG de JP Morgan l’a récemment qualifié de plus grande arnaque de l’histoire. De son côté Goldman Sachs envisage de développer une  activité de trading sur le Bitcoin pour le compte de ses clients institutionnels, comme elle en a déjà pour le dollar ou l’euro.

Alors qu’en octobre 2009 un bitcoin ne valait que 0,001 dollar américain, il en vaut aujourd’hui environ 6000. La valeur cumulée de l’ensemble des bitcoins en circulation approche désormais les 100 milliards de dollars, soit plus que la capitalisation d’American Express.

Depuis quelques temps, sont également apparues d’autres monnaies virtuelles qui connaissent aussi des succès retentissants. Naturellement, ces performances exceptionnelles attirent l’attention des médias et des investisseurs.


bitcoin growth

Performance du Bitcoin en USD depuis 1 an


Virtualisation de la monnaie ?

Une monnaie classique repose sur la confiance, celle que lui accordent ses utilisateurs en tant que moyen d’échange et réserve de valeur. Cette confiance s’appuie sur un principe de garantie incarné par une institution centralisée (Etats ou banques).

Depuis plusieurs décennies, on assiste à la dématérialisation progressive de la monnaie (chèques, cartes de paiement, virements). A titre d’exemple, aujourd’hui, seulement 10% de la masse monétaire en zone euro est sous forme de billets ou de pièces.

Les monnaies digitales permettent d’aller encore plus loin dans la virtualisation des échanges.


Naissance du Bitcoin

En octobre 2008, alors que la crise financière atteint son paroxysme, Satoshi Nakamoto publie son livre blanc “Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System”. Il propose d’établir une nouvelle forme de monnaie digitale : le Bitcoin.

Lors de ses premières années d’existence, le bitcoin séduit surtout les trafiquants de drogues et d’armes qui cherchent à effectuer des transactions de manière anonyme sur le « dark net » (internet clandestin). Mais peu à peu le Bitcoin séduit de plus en plus d’investisseurs attirés par le concept de monnaie virtuelle.


Fonctionnement

Le Bitcoin est un jeton digital, qui peut être envoyé électroniquement d’une personne à une autre, n’importe où dans le monde.

Contrairement aux monnaies « classiques », le bitcoin n’est pas géré par une entité ou un gouvernement, mais par un réseau d’ordinateurs à travers le monde qui conserve la trace de l’ensemble des transactions effectuées.

Chaque utilisateur possède une adresse Bitcoin sur laquelle il va pouvoir stocker ses bitcoins. Cette adresse est une clé composée d’une chaîne de lettres et de nombres unique, qui peut se conserver sur un ordinateur, un smartphone, ou même un bout de papier.

Dès qu’un utilisateur effectue une transaction en bitcoin, l’information est envoyée aux serveurs du réseau bitcoin qui stockent les nouvelles transactions dans des blocs.

Les serveurs qui reçoivent les nouvelles transactions doivent résoudre un algorithme de cryptage afin de valider leur bloc. Le premier serveur qui résout le problème valide son bloc et l’ajoute à la suite des blocs précédemment validés par le réseau. Les autres serveurs l’ajoutent également afin de se synchroniser et de conserver une base commune. Cette chaine de blocs que l’on appelle la blockchain est la mémoire du bitcoin. Elle regroupe l’ensemble des transactions effectuées depuis l’origine et permet de savoir à tout moment combien chaque utilisateur possède de bitcoins sur son compte.

A chaque fois qu’un serveur valide un bloc (en moyenne toutes les 10 minutes), il perçoit une rémunération constituée de nouveaux bitcoins créés par le système.

L’avantage de cette technologie est sa robustesse, car l’ensemble des blocs sont interconnectés. Cela signifie, que pour modifier un bloc, il faudrait à nouveau résoudre les problèmes de cryptage pour tous les blocs suivants.

On estime que pour pirater le bitcoin il faudrait une puissance de calcul 100 fois supérieure à celle de Google. Et même dans ce cas les possibilités de piratage seraient minimes.

Source : www.frenchweb.fr


La Blockchain : une révolution

La technologie sous-jacente au bitcoin, la blockchain (ou chaîne de blocs), suscite l’enthousiasme de nombreux acteurs économiques et institutions. Le consortium L3 rassemble par exemple les plus grandes banques du monde sur le sujet.

De son côté, la Banque des règlements internationaux (BRI) a consacré toute une étude aux nouvelles monnaies virtuelles. Selon elle, il est peu probable que ces monnaies virtuelles remplacent un jour les devises traditionnelles. Cependant, elle pense qu’il est essentiel que les banques centrales, garantes de l'impression et de la circulation des monnaies, étudient la possibilité d'émettre leur propre cryptomonnaie.

La suède est d’ailleurs très avancée sur le sujet. En effet, dans le pays, les transactions en liquide ne représentent plus que 2% du montant total des échanges financiers. Inquiétée par les risques liés à la disparition du cash en cas de crise financière, la banque centrale suédoise a décidé de développer un projet de monnaie virtuelle, le eKrona, qui permettrait de fournir au grand public une devise digitale issue directement la banque centrale.

A l’inverse, au Japon, le cash est utilisé dans la majorité des transactions (70 % des échanges environ contre 30 % en moyenne dans les autres pays développés). Cette situation a un coût pour les entreprises et l'Etat japonais. Plusieurs banques japonaises ont donc lancé un projet commun de monnaie virtuelle pour développer leur offre dans le paiement mobile qui a reçu le soutien de la banque centrale du Japon.




Comment expliquer une telle flambée des cours du bitcoin ?

Une autre particularité du bitcoin repose sur l’application d’une règle très simple : le nombre de jetons en circulation augmente progressivement jusqu’à une limite fixée à 21 millions d’unités qui devrait être atteinte à 98% en 2040.

On peut donc comparer le bitcoin à une énorme mine d’or au sein de laquelle des mineurs (ici les serveurs qui valident les blocs et reçoivent en échange les nouveaux bitcoins) extraient peu à peu le minerai. Et comme pour la mine d’or on sait que la quantité finale de bitcoins est limitée.

Contrairement aux monnaies classiques, la quantité de bitcoin injectés dans le système n’est donc pas dictée par une autorité centrale, elle est figée dans le temps. Si la demande augmente, alors que l’offre reste stable, les cours continueront de grimper.


Et la demande pourrait augmenter pour de multiples raisons :

  • Les investisseurs, qui redoutent une nouvelle crise financière, pourraient être tentés de stocker une partie de leur patrimoine sur une monnaie située hors du système.

  • Dans des pays comme la Chine, où le contrôle des capitaux est très stricte, le Bitcoin permet de transférer de l’argent à l’étranger de manière anonyme. C’est d’ailleurs ce qui explique son succès dans la zone.



De nombreux points faibles

Même si le bitcoin a révolutionné notre façon de concevoir la monnaie, il possède de nombreux défauts :

  • Sa valeur ne repose sur aucun actif réel et son taux de change ne représente pas la valeur d’une économie ou une parité de pouvoir d’achat.

  • La très forte volatilité de ses cours le disqualifie pour l’instant comme actif de refuge contrairement à l’or.

  • Si le bitcoin semble impossible à pirater, il n’en reste pas moins que les crypto-monnaies sont vulnérables à des risques majeurs comme le vol de portefeuille ou les escroqueries.

  • Si le Bitcoin commence à prendre trop d’importance, les États et les Banques Centrales interviendront afin de le réguler et lui ferait perdre ainsi tout son intérêt.

  • La duplication du bitcoin, commencent à se multiplier. Il y a eu le Bitcoin Cash en aout, le Bitcoin Gold fin octobre et le B2X en novembre.

  • La technologie est dépassée relativement à d’autres cryptomonnaies comme le Litecoin, l'Ethereum ou le Ripple. Ainsi, une transaction en bitcoin est souvent très chère et prend beaucoup de temps avant d’être validée. Il est difficile d’imaginer pour l’instant une utilisation généralisée de la cryptomonnaie dans un futur proche.

  • Enfin il est important de rappeler qu’aujourd’hui 95% de l’ensemble des bitcoins en circulation sont détenus par seulement 4% des utilisateurs. Il y a donc une très forte concentration des jetons sur quelques adresses.





La naissance d’une bulle

Aujourd’hui, mis à part les trafiquants, ou les pirates informatiques, la majorité des acheteurs de bitcoin le font dans l’espoir de le revendre plus cher à une autre personne, sans se soucier de la valeur réelle de cet actif. C’est ce que l’on appelle de la spéculation.

D’ailleurs, l’industrie des hedge funds l'a compris. Autour de 80 hedge funds américains se sont spécialisés sur les crypto-monnaies afin de profiter de leur volatilité importante alors que cette dernière a déserté la plupart des grands marchés financiers. En outre, ces nouvelles devises sont très peu corrélées aux marchés traditionnels et peu influencées par eux.



Dois-je acheter du bitcoin aujourd’hui ?

La technologie sous-jacente au bitcoin, la Blockchain, est très prometteuse et elle donnera naissance à de nombreuses applications dans l’économie réelle. La bulle Bitcoin, elle, continuera sûrement à gonfler encore pendant quelques temps.

Mais un jour ou l’autre, le Bitcoin pourrait disparaitre. Soit au profit d’une monnaie concurrente plus efficiente soit au profit de monnaies nationales digitales et décentralisées, comme par exemple un « euro digital » émis par la Banque centrale européenne. A titre d’exemple, Mastercard vient d’ailleurs d’annoncer un nouveau service de paiement utilisant sa propre technologie blockchain.


L’avis d’Herez 

Si vous souhaitez investir sur le bitcoin ou d’autres monnaies digitales, vous devez le faire en sachant que le risque est élevé et la volatilité forte. Cela implique donc de n’y investir qu’une toute petite part de votre patrimoine financier, mais c’est aussi une manière de participer à une nouvelle révolution, celles des monnaies digitales.



Olivier JEZEQUEL

Patrick GANANSIA

Article achevé de rédiger le 30 octobre 2017



Le présent document ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée. Conformément à la réglementation, toute souscription devra être précédée d’une évaluation de votre expérience, situation et objectifs. Il est recommandé avant tout investissement de lire attentivement les prospectus et documents tenus à votre disposition auprès de votre consultant.