vous souhaitez
être contacté
HORAIRE D'APPEL

Marchés et Placements n° 115 : Doute

L’évolution récente des marchés traduit la divergence accentuée entre les Etats-Unis et l’Europe. Au cours de la quinzaine écoulée, les indices américains ont progressé de 0,50% alors que les indices européens reculaient de 2%.

La reprise américaine s’affermit ainsi qu’en attestent les créations d’emplois et la bonne orientation des indices de confiance. Cela conduit d’ailleurs la Présidente de la Réserve Fédérale a déclaré que si la situation continuait de s’améliorer aussi rapidement, le calendrier du relèvement des taux d’intérêt pourrait être modifié. La première estimation du PIB du deuxième trimestre, qui sera publiée fin juillet, sera scrutée attentivement par les marchés.

En Europe, la situation est plus délicate. Les chiffres de la production industrielle en mai sont en recul sensible en France et en Allemagne. Les indices de confiance se dégradent. La situation française est problématique avec un chômage qui augmente et un déficit budgétaire non maitrisé. En Allemagne, la situation est assombrie par le manque de dynamisme du commerce international et par l’absence de relai au niveau de la demande intérieure. La BCE devrait en septembre s’employer à relancer le crédit bancaire en offrant aux banques qui augmentent leurs encours de crédit des facilités de refinancement. Les marchés d’actions européens ont corrigé sévèrement, notamment les valeurs cycliques. A contrario les craintes de déflation ont poussé les taux d’intérêt obligataires en Allemagne (1,2%), comme en France (1,64%), à des plus bas. La situation a été aggravée par les inquiétudes suscitées par la banque portugaise, Banco Espirito Santo, qui ont contaminé le secteur bancaire et le risque sur les pays de l’Europe du Sud.

La publication des résultats des entreprises pour le deuxième trimestre devrait apporter un éclairage sur le niveau actuel des valorisations, qui doit être apprécié en tenant compte du niveau des taux d’intérêt. Une appréciation du dollar, justifiée par le différentiel de taux d’intérêt entre l’Amérique et l’Europe, apporterait un soutien indéniable aux valeurs européennes.

La situation appelle une certaine prudence, qui doit se traduire dans la modération (35% dans notre portefeuille de référence) du taux d’exposition aux marchés d’actions et dans la recherche d’une large diversification.

François PASQUIER,
Le 17 juillet 2014

> Suivi des OPCVM


Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

> COMGEST MONDE

La classification AMF de la SICAV est : Actions internationales. L’objectif de gestion de la SICAV est de rechercher une performance sans référence à un indice, dans une optique long terme au travers d’une sélection de titres basée sur des critères liés à l'entreprise et non aux marchés boursiers. La SICAV est à tout moment investie et/ou exposée à hauteur de 60% minimum en actions internationales. Cette SICAV est gérée de façon active. Le gérant sélectionne les valeurs de façon discrétionnaire sans contrainte de répartition géographiques, sectorielles ou de capitalisation (grandes, moyennes, petites).


Rapport de gestion : juin 2014

Les marchés ont poursuivi leur hausse en juin portés par une banque centrale américaine toujours accommodante et des nouvelles économiques jusque-là rassurantes des deux côtés de l'Atlantique. Le marché japonais s'est distingué dans ce contexte haussier en grimpant de 5,4% (Topix en euros). Après quatre mois de consolidation, les investisseurs ont été rassurés par un impact moins important qu'anticipé de la hausse de la TVA sur la consommation. En outre, le fonds de pension de la Banque Postale du Japon ainsi que GPIF, le plus gros fonds de pension japonais ont annoncé leur intention de réinvestir une partie de leurs actifs en actions en septembre / octobre ce qui devrait permettre de soutenir le marché japonais au cours des prochains mois. Le fonds a bénéficié de sa forte exposition au marché japonais en juin. Par ailleurs, notre sélection de valeurs continue de faire la différence notamment aux Etats-Unis où la société de logiciels de gestion

d'hôtels et de restaurants que nous détenions en portefeuille, Micros, a fait l'objet d'une offre de rachat par Oracle à une valeur de 27% supérieure à celle du début du mois. Medtronic, leader mondial des outils de gestion du rythme cardiaque, a profité de l'annonce de son rachat de la société Covidien, leader mondial des outils chirurgicaux utilisés pour les opérations non invasives. Cette acquisition devrait permettre de conforter la position de leadership de Medtronic dans l'outillage médical et dynamiser sa croissance, la menant vers 4% plutôt que les 3% actuels, la chirurgie non invasive étant en pleine progression. Nous avons renforcé notre exposition à Lixil. Leader mondial des robinets pour salles de bain et cuisine, Grohe est entré dans le giron du groupe Lixil l'an dernier. Cette société disposant d'une marque forte a su se différencier en renouvelant sans cesse sa gamme de produits grâce à une équipe de design de très haut niveau et en dépensant le CA de ses concurrents en publicité ! Mais Grohe s'appuie aussi sur une excellente maîtrise de ses coûts lui permettant de traverser la crise de 2008 avec une marge opérationnelle de 19%. Les synergies entre les deux groupes qui devraient détenir 20% du marché mondial de la plomberie nous semblent très prometteuses, notamment au niveau des coûts.


> Nos portefeuilles de référence

Évolution graphique des portefeuilles de référence depuis le 1er janvier 2005